Quelques boutades...

Etre bon vivant

Un curé et un rabbin conduisant chacun leur voiture s'entrechoquent violemment à une intersection. Quelques secondes après l'accident le curé sort de sa voiture, indemme, et s'écrie: "Je suis vivant, c'est un miracle". Puis, le rabbin aussi sort de sa voiture, indemme, et se réjouit qu'il n'y ait aucun blessé. Cependant, il se souvient qu'il transportait une caisse de vin dans le coffre de sa voiture et s'empresse de vérifier s'il y a eu de la casse. "Aucune bouteille n'est brisée" s'écrie-t-il, "buvons en une pour célébrer la gloire divine". 
Il débouche une bouteille qu'il remet au curé qui s'empresse d'avaler quelques bonnes gorgées de vin, puis remet la bouteille au rabbin qui la rebouche aussitôt et la replace dans la caisse. "Quoi, vous ne buvez pas?" lui demande le curé. "Oh non", répond le rabbin, "j'attends seulement les policiers, qui d'ailleurs ne devraient pas tarder à arriver"...


Un centime...

L'homme dit : " Dieu !" et Dieu répond : "Oui, homme"

"Puis-je vous poser une question ?" ; Dieu " Bien sur !"

L'homme : "Qu'est-ce qu'un million d'année pour vous ?" Dieu : "Une seconde".  "Et un milion de dollars ?"

Dieu lui répond "Un centime"; L'homme "Pouvez-vous me donner un centime ?" 

Dieu "Attends une seconde !"

 

Au milieu de nulle part

Un prêtre et une nonne sont perdus dans une tempête de neige. Après un moment, ils trouvent une petite cabane. Exténués, ils se préparent à dormir. Ils découvrent une pile de couvertures et un duvet sur le sol, mais seulement un lit. Gentleman, le prêtre dit :
- Ma soeur, vous dormirez dans le lit, et je dormirai sur le sol, dans le duvet.

Alors qu'il venait juste de fermer son duvet, et commençait à s'endormir, la nonne dit :
- Mon père, j'ai froid.
Il ouvre la fermeture de son duvet, se lève, prend une couverture et la pose sur elle.
De nouveau, il s'installe dans le duvet, le ferme et se laisse sombrer dans le sommeil, quand la nonne dit encore :
- Mon père, j'ai toujours très froid.
Il se lève à nouveau, met une autre couverture sur elle et retourne se coucher.
Juste au moment où il ferme les yeux, elle dit :
- Mon père, j'ai siiiiii froid
Cette fois, il reste couché et dit :
- Ma soeur, j'ai une idée : nous sommes ici au milieu de nulle part, et personne ne saura jamais ce qui s'est passé. Faisons comme si nous étions mariés.
Enfin exaucée, la nonne répond :
- Oh oui, c'est d'accord.
Et le prêtre se met à crier :
- Alors tu te lèves et tu l'attrappes toute seule ta couverture ! "

Les Sacrements

La catéchiste demande aux enfants combien il y a de sacrements. Une petite fille se lève et dit :
   - Il n'y en a plus. 
   
- Et pourquoi donc ? 
   
- Parce que ma grand-mère a reçu le dernier...


Non-pratiquants

Un curé rencontre une de ses paroissiennes qu'il ne voit jamais à l'église.
Comme il s'en étonne, la dame lui déclare:
   - "Oh je suis croyante, monsieur le Curé, mais je ne pratique pas."
   - "C'est comme moi, répond le curé: je suis nudiste, mais je ne pratique pas."


L'Esprit Saint

Un prêtre avait été muté dans une paroisse en difficulté. Un an plus tard, son évêque visite la paroisse et constate avec plaisir qu'elle a évolué très favorablement.
Désireux de manifester sa satisfaction tout en préservant l'humilité de son prêtre, il lui dit :

Quel magnifique travail l'Esprit Saint a fait dans cette paroisse par votre intermédiaire !

Oui, monseigneur, répond le prêtre.

Mais vous auriez dû voir l'état de la paroisse lorsque l'Esprit Saint était seul à s'en occuper !


 

 

Cana

Un curé est intercepté en voiture par un barrage des douanes.
"Rien à déclarer?
- Non, je reviens de Lourdes, j'ai rempli quelques bonbonnes d'eau de la source miraculeuse.
- Ouvez quand même le coffre."
Le curé ouvre le coffre, qui est rempli à ras bord de bouteilles d'alcool de toutes sortes.
Alors il lève les deux bras au ciel en s'écriant avec conviction: "O miracle!"


Mortelle administration

En 2009 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit :

- Une fois encore, la terre est devenue invivable. Construis une arche et rassemble un couple de chaque  être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !

Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale.

- Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir !

- Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé : j'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie. Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord. Mais l'Urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire. La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n'y a fait. J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux puisque je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës. Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge. Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués. Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour "tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme dangereuses". Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet.

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a luit.

- Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé.

- Inutile, répondit Dieu, l'administration s'en charge.

Le contrat

Les dirigeants de Coca-Cola se rendent personnellement au Vatican pour faire une offre au Pape : 
- Votre Sainteté, nous vous proposons 5 millions de dollars par mois pour que vous changiez dans le Notre Père la phrase "donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien" par"donne-nous aujourd'hui notre Coca-Cola quotidien"

Après un moment d'hésitation, le Saint Père répond : 
- Nous ne pouvons pas faire cela, mon fils... 

Quelques mois plus tard, ils reviennent avec une nouvelle proposition revue à la hausse : 
- Votre Sainteté, notre firme vous offre 300 millions de dollars par an si vous changez dans le Notre Père la phrase"donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien" par "donne-nous aujourd'hui notre Coca-Cola quotidien"

Après avoir marqué un temps de réflexion, le Saint Père répond : 
- C'est impossible, nous ne pouvons pas faire cela, mon fils... 

Mais les dirigeants de Coca-Cola insistent, obtiennent une nouvelle fois d'être reçus et lui présentent une nouvelle offre :
- Votre Sainteté, notre firme a décidé d'offrir un milliard et demi de dollars par an à la Sainte Église si vous acceptez de changer dans le Notre Père la phrase "donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien" par "donne-nous aujourd'hui notre Coca-Cola quotidien"

Après un temps de cogitation intense, le Saint père se retourne vers son secrétaire et demande: 
- Il se termine quand, notre contrat avec les boulangers ?...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site